Florence POUTRIQUET, Créatrice de podcasts

J’ai fais la rencontre du femme exceptionnelle : bienveillante, passionnée et qui aime faire grandir les autres…
Je vous laisse découvrir Florence et son envie d’offrir aux enfants une ouverture sur le monde … en toute humilité…

Florence Poutriquet
Ingénieure / Responsable opérations commerciales /
Sales support director
Anchor, Keeku, Apple podcasts, Google podcasts, Spotify, Youtube, Grainedescientifique, Lepod, Ellesbougent

Florence, peux-tu nous présenter Graine de scientifique ?

C’est un podcast de science, à destination des enfants dès 4 ans et jusqu’à 10 ans. Il est bihebdomadaire. Je leur propose : 

  • Le mercredi: des expériences scientifiques à réaliser avec des objets du quotidien, que l’on trouve dans la maison,
  • Le vendredi : pour que l’apprentissage soit plus ancré, je raconte une histoire, un conte ou une poésie autour du thème de la semaine. 

Par exemple, la semaine où j’ai abordé la thématique : Comment volent les avions ? j’ai lu vendredi l’histoire de « la feuille de papier qui voulait voler ». Et lorsque le sujet était Comment se créée le vent ? la lecture du vendredi était : « la graine qui voulait devenir un arbre majestueux » etc.

Ce sont des histoires que j’invente de toute pièces.

Mais parfois cela m’arrive de lire des poèmes : par exemple l’autre fois, c’était Paul Verlaine.

  • Une fois par mois, je propose un petit quizz pour voir si les enfants ont bien compris le concept.

Qu’est-ce qui t’as mené à la création de ce podcast ? As-tu ressenti un vrai besoin chez les petits ? 

Comme beaucoup de parents, au 1er confinement j’ai constaté combien il pouvait être compliqué de devoir faire l’école à la maison…
Il n’existe pas beaucoup de ressources, notamment quand l’enfant est en maternelle. Tous les supports sont avec des écrans et ce n’est pas forcément toujours adapté aux enfants. 

Mon idée a maturé, a fait son chemin…

Et au second confinement de novembre, même si les écoles n’ont pas fermé, cela m’a donné envie de me lancer.

Et pourquoi avoir choisi d’aborder le domaine de la science en particulier ? Quelles sont tes inspirations ?

D’une part, je suis ingénieure de formation, je travaille dans l’aéronautique. Au sein de mon entreprise, je fais partie d’un réseau Elles bougent qui vise à promouvoir les métiers scientifiques et l’ingénierie auprès des jeunes filles. 

C’est pour cela que je suis engagée dans cette démarche consistant à vouloir amener la science aux enfants de manière ludique. La science c’est pour tout le monde ! 

Pour tout vous dire, je suis surtout très influencée par ma fille de 5 ans qui me pose des questions depuis ses 2 ans autour du « Pourquoi ? » « Comment ? » … Et je ne voulais pas lui répondre des choses simplistes… 

Parfois, j’entends des enfants demander : « pourquoi le soleil s’est couché ? » et les parents répondre « parce qu’il était fatigué !
Sauf que les enfants sont capables de comprendre tout ; et ce, très tôt… il n’y a pas de barrière à se mettre.

Les seules barrières, se sont les parents qui les mettent.

Il faut que le vocabulaire soit adapté, simple… mais au bout d’un moment, les enfants arrivent à raccrocher les wagons tout seuls. 

Une fois ma fille a regardé le soleil et m’a dit : « mais en fait maman : c’est le même soleil qu’à l’époque des dinosaures !»

C’est une vraie révélation qu’elle a eue à cet instant, et ça m’a montré qu’elle percutait…

Comment t’es venue l’idée de ce format en particulier ? 

A la maternelle, ils ne savent pas lire. Pour ce qui est des sciences, tu ne peux pas leur faire lire quoi que ce soit. Et les écrans ne captent pas forcement l’attention de la bonne manière. 

L’avantage de la voix est que ça laisse un imaginaire possible. Le podcast offre une liberté de faire. Déjà on ne se montre pas et on ne montre pas l’expérience. 

Donc derrière la voix, derrière les mots, l’enfant peut tout imaginer…

Peux-tu nous en dire plus sur ton processus créatif ? Qu’est-ce qui te décides à aborder un sujet en particulier ?
Tes idées viennent au fil de l’eau ? Tu t’inspires des questions de ta fille ou peut-être que tu suis un planning précis ?

Oui, c’est certain que je m’inspire des questions que me posent ma fille. 

Ensuite, j’utilise Trello pour noter mes idées. J’y note mes thèmes. J’ai une liste de thèmes d’avance et, le moment venu, je pioche dedans. 

  • Pour les expériences scientifiques du mercredi, je mets mes idées dans un coin de ma tête et mon cerveau va maturer tout seul. Quand l’idée me semble aboutie, je me lance

    J’ai juste quelques idées notées sur des post-it et j’enregistre les textes en impro. Je m’assure que l’expérience à réaliser soit bien rodée, mais les mots sont improvisés pour que ce soit réaliste, que ça reste naturel. 

    Je refais un montage après avoir réécouté intégralement mon enregistrement, pour la conclusion (ou parfois pour consolider une idée).
  • En ce qui concerne les histoires du vendredi : je me mets devant mon pc et j’écris… Je rédige mon script entièrement. Ensuite, j’enregistre en une prise, en lisant mon texte.

En général, j’enregistre plusieurs épisodes d’un coup et je planifie leur diffusion en avance, ce qui me simplifie la vie. 

Sur quelles plateformes diffuses-tu ton podcast ?

Une plateforme spécialisée dans les podcasts : Anchor héberge mes fichiers audio. Elle me permet également de gérer certaines parties du montage et de programmer les diffusions. 

  • Les épisodes « expériences », je les planifie pour les mercredis matin
  • Les « histoires » des vendredis, à l’heure de la sortie d’école

Anchor génère aussi un flux RSS de mon podcast. 

Les plateformes de podcast, telles que Spotify ou Apple, surveillent les flux RSS et récupèrent mes épisodes au fil de leur diffusion sur Anchor. Petit bonus, Anchor a pré-enregistré mon podcast auprès de grandes plateformes dont Spotify (propriétaire de Anchor) ou Apple
Si je souhaite apparaître sur une autre plateforme non-partenaire de Anchor, j’ai juste à récupérer mon flux RSS et à le communiquer aux plateformes de diffusion (comme Deezer etc.)

Ce qui est bien est que le flux RSS contient toutes les caractéristiques de mon podcast : l’image d’illustration et surtout : la catégorie à laquelle il appartient. Cela permet un classement intuitif. 
Du coup, sur Apple (par exemple), il s’est donc automatiquement enregistré dans EDUCATION/enfant. 

Après trois mois, mon podcast s’est classé dans les 3 premiers de cette catégorie.

Je diffuse également sur KEEKU, une plateforme française qui agrège les podcasts enfants : c’est ce qu’il existe de plus spécifique sur l’audience-cible.

Je créée également des publications sur YouTube mais en différé.
Je passe par une appli tierce pour transformer mon audio en vidéo (avec plan fixe).

Graine de Scientifique sur Youtube

Et en termes de visibilité, as-tu mis des actions en place pour optimiser ton indexation sur les moteurs de recherche ? (Retranscription des audios par exemple ?)

J’ai créé un site Internet du podcast, en plus de la diffusion sur Anchor
Je ne retranscris pas le podcast car il est destiné aux enfants (qui ne savent pas forcément lire). Mais pour le référencer, j’en fais un résumé.

A la suite du résumé, on peut y trouver des activités complémentaires. Je vais, par exemple, montrer le matériel nécessaire pour l’expérience du jour ou proposer des jeux pour aller plus loin. Ce site vitrine me permet d’être référencée sur Google

Pour le SEO, dans mon abonnement WordPress, j’ai accès au plug-in Yoast SEO. Donc, j’optimise au maximum mes textes de résumé des expériences. 
Par contre, c’est plus compliqué pour les histoires, dont le ton doit rester naturel. 

Je dois avouer que ces techniques d’optimisation me sont totalement inconnues et c’est pour moi un crêve-coeur de devoir me répéter pour passer les critères d’optimisation SEO, je trouve que ça alourdit le style. 

Pour me faire connaitre, ce qui est important aussi c’est de tenir mon rythme de publication. Je diffuse 2 fois par semaines. Des fois 3, si j’ai des épisodes spéciaux. 

Tu as raison, c’est l’activité régulière sur ton site, les interactions et la qualité du contenu qui seront importantes pour ton indexation, plus que la seule présence de mots-clés.

Mais j’ai remarqué, en plus, que les gens ne passent pas vraiment par Google pour chercher un podcast. 
En fait, Ils vont se diriger directement vers les plateformes spécialisées en podcasts.

Et sur ces plateformes, ce qui fait la différence est :
d’être dans la bonne catégorie 
de posséder une vignette qui exprime tout de suite le sujet
(on sait tout de suite de quoi ça va parler).

Je le constate moi-même en tant qu’utilisatrice : dans l’univers du podcast, ce que je vois en premier, c’est la jaquette ! Cette vignette est le seul média que je vois et qui peux me donner une idée du contenu que je vais avoir. Donc, il faut la soigner.

En plus, ma chance est que ma catégorie représente un marché de niche. 

Si je prends l’exemple du développement personnel, il y a une offre pléthorique… du coup, ce doit être difficile de sortir du lot. Mais, comme je le disais, dans ma catégorie EDUCATION /enfant sur Apple, je fais partie des 3 premiers, dans la page des résultats. 

Et ma vignette y est pour beaucoup car j’ai choisi une image qui exprime tout de suite mon sujet (ce qui n’est pas le cas de tout le monde )

Je ne te l’ai pas demandé Florence, mais quels sont tes objectifs à longs termes pour ton podcast ?

Si ça donne le goût des sciences aux enfants, c’est déjà ça ! Ce que je veux c’est partager avec les enfants

Peut-être qu’un jour je me ferais sponsorisée. Mais ce n’est pas mon but premier actuellement. Ça demanderait du temps que je n’ai pas 🙂

Je vais t’évoquer un sujet d’actualité Florence : la quasi-totalité des rédacteurs de Science & Vie a démissionné dans une époque où la presse écrite ne s’est jamais portée aussi mal. Qu’est-ce que cela t’inspire ?

Comme beaucoup de scientifiques c’est avec pas mal d’émoi que j’ai accueilli cette nouvelle. Pour moi, Science & Vie était l’outil de la vulgarisation scientifique en France
Et s’il n’y a plus de journalistes scientifiques à Science & Vie, selon moi c’est un drame ! 

Journaliste scientifique est un vrai métier et cela m’inquiète pour la qualité de l’information. Je crains que l’on se retrouve avec des informations mal communiquées ou des interprétations de résultats scientifiques pas forcément exactes. Je reste perplexe.

Selon toi, la diffusion de l’information passera forcément par le digital à l’avenir ? Quel est, d’après toi, l’avenir de la presse dite « print »?

Je pense que la presse écrite généraliste (d’information) pourrait disparaître un jour. Mais pas forcément la presse spécialisée.

Personnellement, j’apprécie de lire sur support papier, dans la mesure ou il y a eu une chaîne de validation de la presse écrite, ce qui ne semble pas toujours le cas sur le net.
En tant qu’utilisatrice, je suis abonnée à Flow (qui invite à la créativité, au lâcher-prise) et l’Eléphant (un excellent magazine sur la culture générale).

On oppose beaucoup digital et print mais pour moi cela ne répond pas aux mêmes besoins. La presse écrite permet de prendre le temps, quand le digital diffuse l’info du quotidien.

Utilises-tu d’autres canaux pour communiquer autour de ton podcast ? Dans ton entourage par exemple ?

Je publie bien sûr régulièrement sur mon profil linkedIn.

Mais j’ai aussi évidemment communiqué autour de moi, au sein de mon entreprise par exemple. 
Celle-ci a très bien accueilli mon projet et l’a mis en avant en me consacrant un article sur l’Intranet. A la suite de cela, j’ai eu énormément de retours.

Des profs de CM1 se sont mis à utiliser mes podcasts en classe, par exemple ! 

Peux-tu nous donner un avant-goût de tes prochains sujets ? 

Dans la mesure du possible j’essaie de faire coller mes sujets à l’actualité. Et là, Thomas Pesquet s’apprête à voyager dans l’Espace vers l’ISS en avril. 

Donc on va entamer le mois de l’Espace ! 

Ça va être dur de tout faire tenir sur 1 mois. J’aurais énormément à dire, car l’Espace me fascine. Mais j’ai hâte de présenter ces sujets ! 

Florence, un grand merci de m’avoir accordé ces petites minutes.
Ce fut un plaisir de faire découvrir ta générosité et ta volonté d’éveiller les enfants aux jolies choses du monde… 


J’espère que ce portrait vous a plu 🙂
Vous pouvez retrouver Florence Poutriquet sur Linkedin, Spotify, Anchor, Keeku, Youtube, Apple podcasts et Google podcasts.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s